En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

César Vichard, abbé de Saint-Réal

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain et historien français (Chambéry 1639 – id. 1692).

Il mena une vie de diplomate et de mondain, au service de la maison de Savoie, dont il devint historiographe. Moraliste autant qu'historien, il est marqué par l'augustinisme : son regard sur la nature humaine est profondément pessimiste. Si l'histoire est utile, c'est parce qu'elle nous apprend à connaître les passions humaines, qui l'expliquent (De l'usage de l'histoire, 1671 ; Césarion, 1684). D'où son intérêt pour l'histoire secrète (Conjuration des Espagnols contre la République de Venise, 1674), et sa tendance à la romancer : sa « nouvelle historique », Dom Carlos (1672), la première du genre, non sans portée pamphlétaire dans un contexte d'hostilités franco-espagnoles, brosse en un style maîtrisé un tableau sombre et flamboyant des intrigues politico-religieuses et des passions (l'amour et la haine, la méfiance, l'ambition, la curiosité, l'amour de soi, voire la folie) qui ravagent de l'intérieur la monarchie et la cour espagnoles, et brisent les êtres purs (la princesse française Élisabeth). Son ambiance tragique inspira Schiller (Dom Carlos, 1787).