En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maksym Fadeïevytch Rylskyï

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète ukrainien (Kiev 1895 – id. 1964).

Fils d'un ethnologue, il cultive d'abord, sous l'influence des écoles moderniste et néoclassique, un lyrisme intimiste esthétisant (À la lisière, 1918 ; Lointain bleu, 1922 ; le Son et l'Écho, 1929). Virtuose des genres traditionnels, il découvre avec l'industrialisation la thématique sociale (Déclaration des devoirs du poète et du citoyen, 1931). Devenu le poète de l'Ukraine nouvelle (la Balance, 1932 ; Kiev, 1935 ; Vendanges, 1940) et un chantre ardent de la Résistance (Mère-Patrie, 1942), il saura dans sa maturité retrouver et enrichir d'interrogations le lyrisme personnel et méditatif de ses débuts (Ponts, 1948 ; les Roses et le Raisin, 1957 ; Horizons lointains, 1959 ; Notations d'hiver, 1964).