En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jerome Rothenberg

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (New York 1931).

Ses recueils de poèmes (notamment Soleil blanc soleil noir, 1960 ; Visions I-IX, 1964 ; Poèmes pour le jeu du silence, 1971 ; Pologne/1931, 1974 ; Un journal seneca, 1978 ; Sang de Vienne, 1980 ; Variations Lorca, 1993 ; Gematria, 1994 ; Un paradis de poètes, 1999), ses anthologies (Rituel, 1966 ; Révolution du mot, 1974 ; Poèmes pour le millénaire, 1998, en collaboration avec Pierre Joris), ses traductions – en particulier, de l'allemand et des littératures indiennes d'Amérique –, ses essais (Pré-faces, 1981) allient un travail de collage et de montage d'éléments apparemment hétérogènes (écrit, image, son, etc.) à une expression poétique fondée sur la performance, c'est-à-dire à la mise en scène de l'écrit et l'improvisation publique, liant intimement le poétique à l'oralité.