En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mercè Rodoreda

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres espagnole d'expression catalane (Barcelone 1909 – Romanyà de la Selva 1983).

Exilée en France puis à Genève, elle revint à la littérature catalane avec un recueil de nouvelles (Vint-i-dos contes, 1958) et un roman (La plaça del Diamant, 1962), vision de la guerre civile par une femme de classe ouvrière. Ses recueils de nouvelles (La meva Cristina, 1967) et ses romans (Quanta, quanta guerra, 1980) évoquent la mélancolie du temps qui passe, des jeunesses enfuies.