En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Christiane Rochefort

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière française (Paris 1917 – Le Pradet 1998).

Premier roman, immense succès : le Repos du guerrier (1958, porté à l'écran par Vadim), dont le héros s'abîme dans les décombres du second conflit mondial, est aussi la revendication d'une femme à parler du sexe. Une même liberté d'esprit jointe à un sens aigu de la critique sociale anime les Petits Enfants du siècle (1961), sur la détresse morale des habitants des grands ensembles et de la société de consommation naissante. Après Printemps au parking (1969), qui évoque un amour homosexuel, les autres romans, qui restent de facture traditionnelle, dénoncent la souffrance des enfants ou des adolescents désorientés par les institutions familiales, scolaires et politiques (Stances à Sophie, 1963 ; Une rose pour Morrison, 1966 ; Encore heureux qu'on va vers l'été, 1975 ; la Porte du fond, 1988). On retrouve la rebellion contre les interdits et toutes les formes d'aliénation, comme recherche utopique du bonheur, dans ses essais (C'est bizarre l'écriture, 1970 ; Archaos ou le Jardin étincelant, 1972 ; les Enfants d'abord, 1976), dans Ma vie revue et corrigée par l'auteur (1978), son autobiographie, ainsi que dans Conversations sans paroles (1997), qui relève davantage de l'autofiction.