En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Emmanuel Roblès

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Oran 1914 – Boulogne-Billancourt 1995).

Marqué par la nature méditerranéenne et la confrontation des cultures arabe et européennes (espagnole et française) en Algérie, ce pied-noir débute dans le journalisme, voyage, élabore des romans sur les luttes sociales et politiques de l'époque et l'épreuve de la guerre (l'Action, 1938 ; Nuit sur le monde, 1944). Fondateur de la revue Forge, auteur fêté de Cela s'appelle l'aurore (roman, 1952), encouragé par son grand ami Camus, il se tourne vers le théâtre et y pose des cas de conscience moraux (Montserrat, 1949 ; Plaidoyer pour un rebelle, 1966). Il poursuit, sur le mode autobiographique (Jeunes Saisons, 1961) ou romanesque, l'analyse d'êtres ou de sociétés déchirés (les Couteaux, 1956 ; la Croisière, 1968 ; Saison violente, 1974 ; Venise en hiver, 1981 ; la Chasse à la licorne, 1985).