En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jakez Riou

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français d'expression bretonne (Lothey 1899 – Châteaubriant 1937).

À douze ans, il fut envoyé avec d'autres jeunes Bretons, comme Youenn Drézen, au petit séminaire des Pères de Picpus à Fontarabie (Espagne). C'est là qu'il se passionna pour sa langue maternelle. Appelé sous les drapeaux (avril 1918), il renonça à la prêtrise et exerça les métiers les plus divers (vendeur de machines à écrire, instituteur, pion) avant d'entrer dans le journalisme. Il avait commencé en 1922 à publier des poésies en breton dans diverses revues, mais son art s'affirma lorsqu'il fit partie de l'équipe de Gwalarn, où il publia Introibo, Balafenn (Papillon), Serr-noz (Crépuscule). Auteur de plusieurs pièces de théâtre dont Nomenoe-oe ! –évocation historique cocasse et anticonformiste, pleine de poésie, de truculence et d'humour –, de romans : Lizer an hini maro (la Lettre du mort), An ti satanazet (la Maison hantée), son chef-d'œuvre est un recueil de nouvelles, Geotenn ar Werc'hez (l'Herbe à la Vierge, 1934).