En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ethel Florence Lindesay, dite Henry Handel Richardson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière australienne (Melbourne 1870 – Hastings, Sussex, 1946).

Son père, médecin dublinois devenu orpailleur puis boutiquier en Australie, sombre dans la folie et meurt quand elle a 8 ans. Renonçant à la carrière de pianiste à laquelle elle se préparait à Leipzig, elle épouse un universitaire anglais qu'elle suit à Strasbourg puis à Londres en 1903. Après avoir traduit des romans du danois et du norvégien, elle publie ses deux premiers romans en grande partie autobiographiques (Maurice Guest, 1908 ; la Voie de la sagesse, 1910). De facture réaliste, son œuvre est caractérisée par la précision des descriptions et des portraits (la Jeune Cosima, 1939), mais également par un important élément romantique, en particulier celui de l'échec, que l'on trouve dans son chef-d'œuvre, une trilogie intitulée le Destin de Richard Mahony. Suivant l'itinéraire qui a été celui du père de H. H. Richardson, les trois volumes retracent la venue en Australie, en 1854, du jeune et instable docteur Richard Mahony à l'époque de la ruée vers l'or (Australia Felix, 1917), son retour désenchanté en Australie après un séjour dans la vieille Angleterre qui vit repliée sur sa propre culture (le Retour, 1925), puis, après la perte de sa fortune, son isolement pathologique et la désintégration de sa personnalité (Ultima Thule, 1929).