En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Raymond De Kremer, dit Jean Ray

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain belge de langues française et néerlandaise (Gand 1887 – id. 1964).

Les Contes du whisky (1925) révèlent un talent descriptif et déjà un climat sui generis : brouillards, mystérieuses maisons à pignon, rues pluvieuses des vieux ports hanséatiques, objets s'animant dans la nuit. Signant John Flanders, Ray écrivit en néerlandais des récits d'aventures pour la jeunesse. De 1933 à 1940, il traduisit ou réécrivit les 178 fascicules des Aventures de Harry Dickson. Certaines de ces étourdissantes aventures policières relèvent du fantastique ou de la science-fiction. Durant la Seconde Guerre mondiale, il publia coup sur coup ses œuvres majeures : le Grand Nocturne (1942), les Cercles de l'épouvante (1943), Malpertuis (1943), la Cité de l'indicible peur (1943), les Derniers Contes de Canterbury (1944), le Livre des fantômes (1947). Ces nouvelles et romans évoquent un univers insolite, que renforce encore un parti pris de platitude dans l'écriture. Toute réalité s'avère leurre, ouverture terrifiante sur des mondes parallèles ou intercalaires. Quand bien même narrateur ou personnages « expliquent » rationnellement le mystère, cette pseudo-clé n'ouvre que sur un surcroît de fantastique.