En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

René Rapin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Théologien et écrivain français (Tours 1621 – Paris 1687).

Entré en 1639 chez les jésuites, ce professeur de rhétorique au collège de Clermont fut un écrivain goûté dans les cercles littéraires. Il fut chargé aussi de rédiger une Histoire du jansénisme. Connu par ses poèmes latins, il fréquenta le cercle du président Lamoignon, se lia avec Patru et Mme de Sévigné, et apparut très vite comme un des théoriciens du goût classique (Réflexions sur l'éloquence de ce temps, 1671 ; Réflexions sur la Poétique d'Aristote et sur les ouvrages des poètes anciens et modernes, 1674 ; Réflexions sur la poétique de ce temps, 1675). Il réclame à la fois une « nature » ramenée à un schéma idéal et une langue qui ne sacrifie pas trop au purisme ambiant. La poésie ne peut se passer ni de l'inspiration ni de la force : elle n'est pas du côté de la « tendresse » et de la « douceur », mais du « sublime » (Du grand ou du sublime dans la nature et dans les différentes conditions des hommes, 1686). À travers ses « comparaisons », le P. Rapin entreprit de définir les caractères d'une rhétorique française appliquée à la société de son temps.