En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Armand Jean Le Bouthillier de Rancé

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Religieux français (Paris 1626 – Trappe de Soligny, près de Mortagne, 1700).

Filleul de Richelieu, brillant élève en théologie, il partagea ses premières années entre les plaisirs de la cour et ceux de la chasse. La mort (1657) de sa maîtresse la duchesse de Montbazon, puis celle de Gaston d'Orléans (1660) l'amenèrent à se convertir. Dès ce moment, sa vie devenue d'une extrême austérité frappa tous les esprits. Entré chez les Oratoriens, il se retira dans son abbaye cistercienne de Notre-Dame-de-la-Trappe. Soutenu par Bossuet, il polémiqua avec les bénédictins au sujet des études monastiques, qu'il condamnait, faisant du moine le spécialiste de l'ascétisme et de la méditation. Son influence spirituelle fut immense, soit qu'elle s'exerçât directement (Retz, Saint-Simon), soit qu'elle passât par une correspondance assidue et de multiples opuscules. Son portrait le plus célèbre est celui que Chateaubriand traça à la demande de son directeur de conscience, l'abbé Seguin (Vie de Rancé, 1844).