En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre de la Ramée, dit Ramus

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Philosophe, mathématicien et grammairien français (Cuts, Vermandois, 1515 – Paris 1572).

Il est reçu maître ès arts en 1536, grâce à une thèse qui, déniant toute valeur à l'argument d'autorité, fit scandale. La Sorbonne s'émut et le Conseil du roi condamna Ramus pour ses Aristotelicae animadversiones (1543) qui s'en prenaient à la scolastique. Grâce à la protection du cardinal de Lorraine, Ramus obtient en 1544 le principalat du collège de Presles, puis, en 1551, une chaire de mathématiques au Collège royal. Après le colloque de Poissy (1561), Ramus se jeta dans la Réforme et dut quitter sa chaire. En 1568, il entreprit un voyage en Allemagne, où on lui fit les offres les plus brillantes pour le retenir. Après la paix de Saint-Germain (1570), il revint à Paris. Des assassins, soudoyés par son ennemi Charpentier, le tuèrent lors de la Saint-Barthélemy.

Aboutissement d'une doctrine dont l'élaboration remonte aux Dialecticae partitiones (1543), la Dialectique (1555) – premier traité philosophique à avoir été écrit en français – représente, par la rupture qu'elle inaugure avec la scolastique, une étape importante dans l'histoire de la logique. Ramus divise la logique en deux parties, envisagées successivement dans les deux livres de son traité, l'invention et le jugement, composé lui-même de trois éléments : l'énonciation, le syllogisme et la méthode. Son souci fondamental est d'unir les principes universels de la raison à « l'usage », c'est-à-dire à l'observation des faits de langage. Au lieu d'inventer ses exemples, la Dialectique les emprunte alors aux écrivains, singulièrement aux poètes antiques spécialement traduits pour la circonstance par les plus grands poètes français contemporains. La Gramere (1re édition en 1562) constitue le second et principal volet de sa doctrine. Divisée elle aussi en deux livres – le premier consacré à l'étymologie, le second à la syntaxe –, elle peut être tenue pour la première grammaire formelle.