En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Rahel Bluwstein, dite Rahel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse russe de langue hébraïque (Saratov, Russie, 1890 – Tel-Aviv 1931).

Arrivée en Palestine en 1909, elle entreprit en 1913 des études d'agronomie à Toulouse et ne put rentrer en Palestine qu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Elle s'établit à Deganya, qu'elle dut quitter, gravement atteinte de tuberculose, et passa les dernières années de sa vie à Tel-Aviv. Ses poèmes, qui avaient commencé à paraître dans divers journaux, furent rassemblés en trois recueils : Regain (1925), De loin (1930) et Nébo (1932), et publiés plus tard en un seul volume : la Poésie de Rahel (1939). Les thèmes suivent étroitement les étapes de sa vie. Chantre des pionniers de la deuxième Alyah, elle exprime son amour pour Israël et le travail de la terre. Mais son œuvre reproduit également son destin d'individu souffrant, ses amours déçues, sa solitude et sa maladie. Sa langue claire et simple est exceptionnelle par sa musicalité. On y retrouve les influences de la Bible et de la poésie russe. L'abord facile de ses poèmes, dont beaucoup ont été mis en musique, a parfois discrédité l'œuvre de Rahel auprès des critiques littéraires qui ne lui ont pas toujours accordé l'importance qu'elle méritait.