En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Miklós Radnóti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète hongrois (Budapest 1909 – Abda 1944).

Après l'obtention du diplôme de professeur de français et de hongrois, il ne put accéder à la profession d'enseignant. Déporté pendant la Seconde Guerre mondiale, il meurt, fusillé par les nazis. Ses premiers recueils d'inspiration bucolique (Salut païen, 1930 ; Chants de nouveaux bergers, 1931) sont suivis de poèmes de plus en plus inquiets. La montée du fascisme lui inspira Marche donc, condamné à mort (1936). Écrit pendant sa déportation, son recueil posthume (Ciel d'orage, 1946), empreint d'un certain classicisme au ton élégiaque, contient quelques-uns de ses poèmes les plus célèbres (Églogues, Marche forcée, Lettre à l'épouse, À la recherche) ainsi que ses poignants Razglednica (Cartes postales).