En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marguerite Eymery, dite Rachilde

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière française (Château-l'Évêque, Dordogne, 1862 – Paris 1953).

Attirée très tôt par la littérature (elle fait paraître en 1878 un roman, Madame de Sangdieu, dans un journal de Périgueux), elle fait à Paris des débuts fracassants avec Monsieur de la Nouveauté et, surtout, Monsieur Vénus (1884), qui sera poursuivi en justice mais défendu par une préface de Barrès. Suivent Nono (1895), les Hors-nature (1897), Madame Adonis (1888), le Meneur de louves (1905), la Tour d'amour (1914), tous récits consacrés à des cas psychologiques exceptionnels. Mariée en 1889 à Alfred Valette, elle fonde avec lui le Mercure de France, où elle tiendra longtemps une tribune critique. Auteur dramatique (la Voix du sang, 1890 ; Madame la Mort, 1891 ; l'Araignée de cristal, 1894), elle soutient l'entreprise de Lugné-Poe et de Paul Fort au Théâtre d'Art. C'est elle qui révéla Jarry (Alfred Jarry ou le Surmâle des lettres, 1928).