En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Louis Pergaud

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Belmont, Doubs, 1882 – Marchéville, près de Verdun, 1915).

Instituteur dans cette Franche-Comté rurale où il a grandi, en butte aux vexations d'une population cléricale, il prend un congé et rejoint à Paris son ami Léon Deubel, se croyant lui aussi, mais brièvement, poète (l'Aube, 1904 ; l'Herbe d'avril, 1908). Il imagine les sentiments des bêtes d'après leurs mœurs, les peignant dans de petits drames vifs et bien construits (De Goupil à Margot, 1910 ; la Revanche du Corbeau, 1911 ; le Roman de Miraut, chien de chasse, 1913). En 1912, il surprend le public qui l'a classé comme écrivain animalier : la Guerre des boutons offre une peinture pittoresque et souvent crue du monde de l'enfance, avec sa cruauté, sa capacité d'humiliation et son sens de la discipline. En 1915, sous-lieutenant, il refuse d'abandonner ses hommes et disparaît sous des tirs d'obus, laissant un recueil de nouvelles villageoises (les Rustiques, 1921) et une Correspondance (publiée en 1955).