En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gui Patin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Hodenc-en-Bray 1602 – Paris 1672).

Doyen de la faculté de médecine en 1650, Gui Patin fréquente les milieux libertins, dont il partage l'esprit déniaisé et fort. Ses Lettres, publiées en trois recueils (1692, 1695, 1718), forment une précieuse chronique du début du règne de Louis XIV. Il y vitupère le pape, les jésuites, mais aussi les protestants. Il se veut à l'aise dans les petits cénacles (chez Nicolas Bourbon, Hubert de Mortimer, les frères Dupuy) où l'on fustige tous les rigorismes et où l'on s'intéresse à l'épicurisme de Gassendi comme au libertinage de Naudé.