En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maximin, dit Simin Palay

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français d'expression gasconne (Casteïde-Doat 1874 – Gelos 1965).

Tailleur d'habits, animateur avec Camélat de la renaissance occitane en Béarn, il fut un écrivain de théâtre populaire : l'Institutrice manquée (1925), Celui qui parle français (1927), le Roi malheureux (1929), la Femme devenue chèvre (1929), Celle qui a trouvé un maître (1930), etc. Son œuvre poétique (Versets de jeunesse, 1899 ; Chez nous !, 1909 ; les Prières et les grâces, 1926) a les qualités et les défauts de la production félibréenne du temps. Son roman les Trois Garçons de Bordevieille (1934) est une étude originale des mœurs terriennes. À l'instar de Mistral, Palay s'occupa de muséographie et de lexicographie (Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes, 1932-1934).