En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ezekiel Mphalele ou Es'kia Mphalele

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain sud-africain de langue anglaise (Pretoria 1919).

Après des études dans son pays d'origine, il alla enseigner au Nigeria (1957), à l'université d'Ibadan, où il collabora à la revue Black Orpheus, et présida le Mbari Club. Après Nairobi et Lusaka, il devient professeur aux États-Unis (à Denver, au Colorado) avant de rentrer en Afrique du Sud, où il prend (1978) la direction du département des études africaines à l'université du Witwatersrand jusqu'à sa retraite en 1987. Il devint connu avec son texte autobiographique sur la condition noire en plein apartheid, Au bas de la deuxième avenue (1959). Il est aussi l'auteur de nouvelles (L'Homme doit vivre et autres histoires, 1947 ; les Vivants et les Morts et autres histoires, 1961 ; Au croisement B, 1967 ; Chanson ininterrompue, 1981; le Temps du renouveau, 1988), d'une anthologie (African Writing Today, 1967), d'essais (Image de l'Afrique, 1962 ; Voix dans le tourbillon, 1972) et de romans (les Vagabonds, 1970 ; Chirundu, 1979). En 1984, il donne une suite à son autobiographie, Afrika My Music, et une longue nouvelle pour jeunes, Père est revenu à la maison.