En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Patrick Modiano

Patrick Modiano
Patrick Modiano

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Boulogne-Billancourt 1945).

Fils d'une comédienne flamande, Luisa Colpeyn, et d'Albert Modiano, Juif d'Alexandrie qui parvint à échapper aux camps de concentration, l'auteur, après une jeunesse solitaire marquée par la mort de son jeune frère, fait une entrée éblouissante sur la scène littéraire (→ littérature), à vingt-trois ans, avec la Place de l'Étoile (1968). Indifférent aux modes, il donne la Ronde de nuit (1969) et les Boulevards de ceinture (1972). Son intérêt le mène vers la trouble période de la Seconde Guerre mondiale : marché noir, meurtres impunis, rafles, règlements de comptes, etc. À mi-chemin entre réel et imaginaire, ses romans, fondés sur la recherche de l'identité, l'attente, l'absence, la mémoire, l'oubli, la disparition, mettent en œuvre des personnages aux comportements étranges et imprévisibles, le plus souvent dans un Paris mystérieux (Livret de famille, 1977 ; la Rue des boutiques obscures, prix Goncourt 1978 ; Une jeunesse, 1981 ; De si braves garçons, 1982 ; Quartier perdu, 1984 ; Vestiaire de l'enfance, 1989 ; Fleurs de ruines, 1991). Mais Villa triste (1975) se déroule au bord du Léman, et Dimanches d'août (1986), à Nice, où resurgissent les fantômes de l'Occupation. En général, les narrateurs explorent le passé ou font de surprenantes rencontres (Des inconnues, 1999 ; la Petite Bijou, 2001). En 1997, Dora Bruder tourne le dos à la fiction, prend le parti de l'histoire et révèle, outre les obsessions de l'écrivain, une part de sa méthode. L'observation minutieuse y côtoie l'invention, dévoilant une sensibilité aiguë.

En dépit de l'expression précise ou du détail exact, l'œuvre comporte toujours une marge d'indétermination. Une thématique subtile, dense, « le mode de narration elliptique et incertain » (O. Barrot) jouent de l'émotion, de la violence feutrée, de l'humour, tandis que les énigmes, la dérive, le fragile équilibre des héros, envoûtent le lecteur et l'emportent là où se nouent les apparences trompeuses et l'insaisissable vérité des êtres et des choses (Dans le café de la jeunesse perdue, 2007 ; l'Herbe des nuits, 2012 ; Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, 2014). [Prix Nobel 2014.]