En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guan Moye, dit Mo Yan

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier chinois (né en 1956).

Ce paysan-soldat-écrivain, commissaire politique dans l'armée, chargé de la propagande (1976-1986), commence à écrire dès 1981, mais, de son propre aveu, sa condition de militaire l'empêche d'être « libre mentalement ». Si ses premiers écrits ont pour cadre la campagne (en particulier son Shandong natal) et sont souvent rattachés à la littérature de « recherche des racines » (le Radis de cristal, 1985 ; le Clan du sorgho, 1986 ; la Mélopée de l'ail paradisiaque, 1987), ses romans les plus récents débordent largement cette catégorie et, dépassant le réalisme, font appel à des « procédés modernistes » (points de vue multiples, ruptures chronologiques, « réalisme magique » à l'instar de García Márques). Ainsi, les Treize Pas (1989) et le Pays de l'alcool (1993), regorgeant de bruit et de fureur, de sang et de stupre, reflètent-ils métaphoriquement la violence de la société chinoise actuelle. Le cheminement de cet auteur prolifique, inclassable, d'une puissante originalité, est aujourd'hui loin d'être achevé.