En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Rachid Mimouni

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain algérien de langue française (Boudouaou 1945 – Paris 1995).

Ses romans (Le printemps n'en sera que plus beau, 1978 ; le Fleuve détourné, 1982 ; Une paix à vivre, 1983 ; Tombéza, 1984 ; l'Honneur de la tribu, 1989 ; la Malédiction, 1993) ou ses nouvelles (la Ceinture de l'ogresse, 1990), d'abord influencés par le modèle de Kateb, développent une critique très dure de la corruption des cadres de son pays, où la recherche littéraire des débuts est progressivement rattrapée par l'horreur d'un quotidien que l'auteur, après la publication de son essai De la barbarie en général et de l'intégrisme en particulier (1992), va être obligé de fuir. Il s'installe au Maroc, où il tient jusqu'à sa mort une chronique radiophonique d'une rare lucidité (Chroniques de Tanger, 1995).