En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Michon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Les Cards 1945).

Originaire de la Creuse, de parents instituteurs, il publie en 1984, après des études de lettres et quelques années consacrées au théâtre, les Vies minuscules (prix France Culture), restitution du monde rural de son enfance à travers l'évocation, le plus souvent sur le mode du témoignage direct ou de la reconstitution imaginaire, de ses ancêtres, de ses proches, ou de figures familières au parcours à la fois ordinaire et singulier (retournements subits, morts précoces, disparitions). Ces biographies, empruntant à l'hagiographie et à l'éloge funèbre, sont autant de moyens d'une « autobiographie oblique et éclatée » (Jean-Pierre Richard), éclairant l'auteur dans sa quête des origines, son rapport à la « belle langue », au savoir et à l'écriture. Il poursuit le même travail de questionnement et d'imagination sur des maîtres d'autrefois (Vie de Joseph Roulin, 1988 ; Maîtres et serviteurs, 1990 ; le Roi du bois, 1996), ou scrute le mystère de Rimbaud le Fils (1991) ou celui de William Faulkner (l'Éléphant, 2000). Dans une attitude toujours double d'hommage et de rejet, de vénération et de sarcasme, de glorification et de blasphème, de légèreté et d'exaltation, l'écriture de Michon réinvestit et malmène la grande période classique, mobilise un savoir érudit et un vocabulaire recherché, puisé à la tradition des annales ou de la chronique, genres savamment retravaillés comme le sont les grands mythes antiques et bibliques, ou encore les figures de Gilles de Rais, de Don Juan, de saint François d'Assise, renvoyant à la double expérience, théologique et érotique, de la création.