En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Catulle Mendès

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Bordeaux 1841 – Saint-Germain-en-Laye 1909).

Acteur infatigable de la vie littéraire, il commence, en 1859, par fonder l'éphémère Revue fantaisiste, avec Léon Cladel et Villiers de L'Isle-Adam. Il rencontre Baudelaire, et se lie d'amitié avec Stéphane Mallarmé (1864). En 1866, il épouse la fille de Théophile Gautier, Judith. Cette année-là, avec Leconte de Liste, Coppée, Dierx et Hérédia, il lance le Parnasse contemporain, dont les trois séries dessinent les contours d'une école poétique. En 1869, il se rend à Triebschen pour rencontrer Richard Wagner – en compagnie de Judith Gautier et de Villiers de L'Isle-Adam –, et il contribuera à faire connaître son œuvre en France (notamment par son roman de 1881, le Roi vierge, sur la figure de Louis II, et par une monographie, l'une des premières consacrées au compositeur allemand, en 1886). Critique, poète (Philoméla, 1863 ; Poésies, 1876 ; Lieds de France, 1892), conteur, dramaturge (Isoline, conte de fée, 1888 ; Médée, tragédie, 1898 ; Scarron, comédie tragique, 1905) et romancier (la Vie et la mort d'un clown, 1879 ; Méphistophéla, 1890 ; le Chercheur de tares, 1898), il déploie une activité littéraire et théâtrale intense entre 1880 et 1900 (ses chroniques théâtrales sont rassemblées en 1897 sous le titre l'Art au théâtre). Son œuvre, pétrie de thèmes décadents et symbolistes, témoigne d'une habileté remarquable à saisir l'esprit du temps ; il sut aussi apprécier les tendances littéraires nouvelles, et encourager de jeunes écrivains. Véritable autorité, il occupe dans le Paris fin de siècle une position enviée, et publiera en 1902, à la demande du ministère de l'Instruction publique, un Rapport sur le mouvement poétique français de 1867 à 1900. Il meurt écrasé par un train en 1909.