En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andrew Marvell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète et homme politique anglais (Winestead, Yorkshire, 1621 – Londres 1678).

Fils d'un calviniste, il voyagea en Italie, profita de son préceptorat chez lord Fairfax dans le Yorkshire pour célébrer la campagne (« Sur la colline et le bois de Billborough ») et entra dans la maison de Cromwell : ses Odes (1650-1658) au Protecteur ne l'empêchèrent pas d'être élu aux Communes sous la restauration où il s'opposa à l'intolérance religieuse de Dryden et se fit le défenseur de Milton. De l'élan puritain, il a gardé l'amour de la musique et de la nature, un rêve de paradis dont ses pastorales nationalistes chantent la gravité sensuelle : « les Bermudes », « À une maîtresse trop prude », « le Jardin » maintiennent un équilibre précieux entre l'ingéniosité des poètes métaphysiques, l'individualisme chrétien et le raffinement poétique.