En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Harry Martinson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain suédois (Jämshög 1904 – Stockholm 1978).

Enfant abandonné (les Orties fleurissent, 1935), marin curieux du monde et fondateur, à ce titre, du « nomadisme mondial » (le Vaisseau fantôme, 1929 ; Nomade, 1931 ; Voyages sans but, 1932), il s'exprime dans une langue où les images surréalistes, une passion sensuelle des couleurs et des formes (le Chemin de Klockrike, 1948) entraînent une véritable révolution de la poésie suédoise. Ses Poèmes sur la lumière et l'ombre (1971) en font le plus original des écrivains « prolétaires ». Il a partagé, en 1974, le prix Nobel avec Eyvind Johnson.