En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Martial

en lat. Marcus Valerius Martialis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète latin (Bilbilis, Espagne, v. 40 – id. v. 104).

Il vint à Rome à l'âge de 20 ans et fut d'abord protégé par ses compatriotes Sénèque et Lucain, puis par de grands personnages de la cour des Flaviens, sans pouvoir toutefois vivre dans l'aisance. À la fin de sa vie, il put retourner dans sa ville natale grâce à Pline le Jeune. Toute son œuvre est une illustration de la vie sociale, mondaine et littéraire de la Rome impériale. Son Livre des spectacles décrit les jeux donnés lors de l'inauguration du Colisée en 80, et ses 15 livres d'Épigrammes poussent la dénonciation des défauts et des ridicules contemporains jusqu'à la trivialité et la caricature : c'est depuis lors que le mot d'« épigramme », appliqué à toute poésie courte, a pris le sens de trait satirique.