En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Monika Maron

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière allemande (Berlin 1941).

Belle-fille du ministre de l'intérieur de R.D.A. Karl Maron, elle adhère au parti S.E.D., mais aucun de ses livres ne paraît à l'Est. Cendres volatiles (1981) dénonce un tabou, la pollution en R.D.A. Ses personnages féminins en rupture de ban (le Malentendu, 1982 ; la Transfuge, 1986) évoluent en un temps et un espace fluctuants, et s'interrogent sur l'amour (Animal triste, 1996). Sa haine des pères socialistes (Rue du silence, nº 6, 1991) se complète d'un retour autobiographique sur l'histoire (les Lettres de Pawel, 1999). Sa collaboration avec la Sécurité d'État vers 1970, qu'elle assume avec un certain cynisme, lui valut une polémique (1995).