En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

René Maran

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain de la Guyane française (Fort-de-France 1887 – Paris 1960).

Administrateur colonial en Afrique, il fut aussi journaliste, militant de la Ligue internationale pour la défense de la race nègre, et du Comité de défense de la race noire. Son roman Batouala (1921, prix Goncourt) présente une ethnie centre-africaine stagnant dans la « sauvagerie », et face à laquelle l'homme de couleur Maran se sent distancié. Ce véritable roman nègre n'en est pas moins considéré comme annonciateur du mouvement de la négritude, visible notamment dans la véhémence de sa préface, visant le racisme et le colonialisme et qui déclencha un scandale obligeant Maran à démissionner de son poste d'administrateur. Conforme à certains de ses essais, cette anthropologie valide la colonisation « civilisatrice ». Ses récits-fables africains (Djouma chien de brousse, 1927 ; le Livre de la brousse, 1934 ; Bacouya le Cynocéphale, 1953) sont plus ambigus, livrant sous le masque animalier un univers clos, violent, démuni mais assez indépendant du colonisateur blanc.