En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giorgio Manganelli

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain italien (Milan 1922 – Rome 1990).

Il a participé aux activités du Groupe 63. Essayiste (la Littérature comme mensonge, 1967 ; Angoisses de style, 1981), ses romans oscillent entre le traité et le récit visionnaire (Hilarotragoedia, 1964 ; Amour, 1981 ; Discours de l'ombre et du blason, 1982 ; De l'Enfer, 1985 ; Bruits ou voix, 1987). On lui doit aussi des récits fantastiques (Aux dieux ultérieurs, 1972 ; Centurie, 1979),  des recueils d'articles divers (l'Almanach de l'orphelin samnite, 1973), des récits de voyage (Chine et autres Orients, 1974), des dialogues (A et B, 1975), des réécritures de classiques (Pinocchio : un livre parallèle, 1977), des critiques d'art (Salons, 1987). Le Marécage définitif et Itinéraire indien, 1992, et la Nuit, 1996, ont été publiés après sa mort. Il est l'un des auteurs les plus importants de la littérature italienne contemporaine, qu'il a marquée surtout par son « maniérisme », à savoir une langue et un style « baroques ».