En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolas Malebranche

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Philosophe français (1638 – 1715).

Entré à l'Oratoire (1660), il découvre, l'année même où il accède à la prêtrise (1664), l'Homme, livre posthume de Descartes qui le détermine dans son œuvre philosophique (De la recherche de la vérité, 1674-1678 ; Conversations chrétiennes, 1677 ; Traité de la nature et de la grâce, 1680 ; Entretiens sur la métaphysique et sur la religion, 1688 ; Méditations chrétiennes et métaphysiques, 1699). Mais un abîme initial le sépare de Descartes, qui distingue a priori la spéculation scientifique et les vérités de la foi : dans les problèmes scientifiques, c'est la clarté de l'idée qui doit déterminer notre jugement ; dans les questions de foi, c'est « une certaine lumière intérieure ». Descartes réfute au départ l'idée d'un Dieu mathématicien. Toute la démarche de Malebranche tend à constituer une théologie conforme aux normes de l'esprit scientifique, à travers deux théories : celle de la vision en Dieu et celle des causes occasionnelles. La première fait de la raison humaine une participation à la Raison éternelle qui n'est autre que le Verbe divin ; la seconde approfondit la critique cartésienne en faisant appel à l'expérience psychologique qui mène au concept de « loi naturelle » et annonce Hume, Kant et la psychologie du xviiie s.