En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Makbeb Dastâ

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain éthiopien de langue amharique (Gudbâ av. 1889 – ?).

C'est l'homme d'un seul livre (qui parut en 1933-1934 à l'Imprimerie impériale, mais il est donné comme ayant été rédigé dix ans plus tôt) : l'Histoire des amitiés de M. Longuevie, et éloges en vers. « Les amitiés de Monsieur Longuevie » sont un essai original d'inspiration toute personnelle, précise l'auteur, tandis que le reste de l'ouvrage est fondé sur des informations obtenues de personnes au fait de l'histoire de l'Éthiopie : on y trouve notamment des notices, toujours élogieuses, sur toutes les personnalités de la période du règne de Zawditu et de Hâyla Sellâsê, quelques fables, quelques plaintes funèbres. Dans la préface, l'auteur parle un peu de lui-même, ce qui est inouï à l'époque, et donne, rare audace, sa photographie en frontispice : il est né à Gudbâ (Boranâ), quelques années avant la mort de l'empereur Jean (1889), d'une famille de petite noblesse originaire du Wadla, proche du négus Mikâ'êl et de ledj Yâsu ; il a fait des études traditionnelles à l'église Madhâni Alam de Dasyê, mais il se fait l'avocat du progrès et des Lumières, de l'industrialisation et du nationalisme.