En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Archibald Macleish

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (Glencoe, Illinois, 1892 – Boston 1982).

Après une période marquée par l'expatriation en France (1923-1928) et l'influence de Pound et de T. S. Eliot (Tour d'ivoire, 1917 ; le Mariage heureux, 1924 ; le Pot de terre, 1925 ; Rues de la lune, 1926 ; Pas-de-papa, 1926 ; le Hameau d'A. MacLeish, 1928), son œuvre se caractérise par l'engagement politique dans les années 1930 (Terre neuve, 1930 ; Conquistador, 1932 ; Fresques pour la métropole de M. Rockefeller, 1933) notamment aux côtés de Roosevelt : L'Amérique était promesse (1939) et Discours pour les États (1943) sont des méditations sur les États-Unis, tandis que les Irresponsables (1940), Temps de parole (1941), Temps d'action (1943), Poésie et opinion (1950) s'efforcent de définir la place de l'écrivain dans la société. Les œuvres plus tardives sont nourries d'un éclectisme esthétique assez pessimiste (Acte-cinq, 1948 ; Chants pour Ève, 1954 ; Un voyage sans fin, 1968 ; la Saison humaine, 1972 ; Fleuves de la terre, 1978).