En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joaquim Maria Machado de Assis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain brésilien (Rio de Janeiro 1839 – id. 1908).

Fils d'un ouvrier noir, autodidacte, poète dès l'âge de 15 ans, il devient typographe à l'Imprimerie nationale, où il rencontre le romancier Manuel Antônio de Almeida, qui encourage ses débuts. Collaborateur, dès 1858, de nombreuses revues et journaux, il épouse en 1869 une Portugaise, Carolina de Novais, qui l'orientera vers les classiques portugais, espagnols et anglais. Fonctionnaire dans différents ministères, personnage discret (il souffrait d'épilepsie), il n'en fut pas moins à la fin de sa vie le personnage majeur des lettres portugaises (cofondateur et premier président de l'Académie brésilienne des lettres en 1897). Intégrant des influences multiples (Voltaire, Swift, Sterne ou Schopenhauer), ce peintre sceptique de la ville de Rio a connu une évolution continue : de la poésie (Chrysalides, 1864) et du théâtre à la chronique, au conte (Papiers divers, 1882, incluant « l'Aliéniste ») et au roman ; d'une critique ironique des mœurs à un pessimisme métaphysique. Ses récits, dans lesquels il se montre un maître du style indirect libre, inaugurent la double modernité de la langue et du roman portugais : Mémoires posthumes de Brás Cubas (1881), Quincas Borba (1891), Esaü et Jacob (1904), Mémorial d'Aires (1908) et, surtout, Dom Casmurro (1899), une histoire de jalousie où le narrateur joue avec perversité des multiples interprétations qu'un fait peut susciter.