En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Dumarchey, dit Pierre Mac Orlan

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Péronne 1882 – Saint-Cyr-sur-Morin 1970).

Après une jeunesse pauvre parmi la bohème montmartroise (Rue Saint-Vincent, 1928 ; Montmartre, 1945), puis dans les villes portuaires de la Manche et de la mer du Nord (le Quai des brumes, 1927), il publia des contes humoristiques. Agent de liaison pendant la Première Guerre mondiale, il en revint blessé et profondément transformé. Il parcourut alors l'Europe en qualité de journaliste, interviewa Mussolini et évoqua pour Paris-Soir l'élection de Hitler à Berlin. Fasciné par la vie moderne, il écrivit une suite de romans envoûtants empreints d'une inquiétude qu'il appelle « le fantastique social », interprétation secrète d'une réalité d'apparence banale, transposition poétique du malaise qui ronge une Europe en crise (le Chant de l'équipage, 1918 ; À bord de l'étoile matutine, 1920 ; la Cavalière Elsa, 1921 ; la Vénus internationale, 1923). Avec Mademoiselle Bambu, roman d'espionnage récrit et augmenté quatre fois de 1932 à 1950, il publia l'un de ses récits les plus accomplis. Pénétré de l'idée que « l'essence de l'aventure est romanesque », Mac Orlan ne bride pas l'essor de l'imagination. Néanmoins, plusieurs de ses romans furent précédés et nourris par des reportages : Légionnaires (1930) et le Bataillon de la mauvaise chance (1933) préfigurèrent respectivement la Bandera (1931) et le Camp Domineau (1937). Mac Orlan excelle à peindre quelques personnages archétypiques comme le vagabond affamé, le soldat de fortune et le forban de mer, tous mus par une aspiration au dépassement. En définitive, ce sont les formes et les enjeux de l'aventure intérieure qui le passionnèrent. Ses récits inspirèrent des films qui figurent parmi les chefs-d'œuvre de cette période. En 1941, il publia un important roman d'aventure, l'Ancre de Miséricorde, et, après la guerre, élu à l'Académie Goncourt (1950), il écrivit des poèmes en prose et une soixantaine de chansons.