En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mohammed Khaïr-Eddine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain marocain de langue française (Tafraout 1941 – Rabat 1995).

Fondateur du mouvement « Poésie Toute » en 1964, il est aussi un membre actif, depuis Paris, de la revue Souffles, interdite en 1972. Son écriture vit de la rupture avec les formes traditionnelles de poésie comme avec l'usage convenu de la langue française, qu'il dynamite de l'intérieur pour en faire un instrument de subversion. Romans : Agadir (1967), Corps négatif (1968), le Déterreur (1973), Une odeur de mantèque (1976), Une vie, un rêve, un peuple, toujours errants (1978), Légende et vie d'Agoun'chich (1984). Théâtre : Moi, l'aigre (1970). Poésie : Nausée noire (1964), Soleil arachnide (1969), Ce Maroc ! (1975), Résurrection des fleurs sauvages (1981), Mémorial (1991). Son œuvre abondante semble ainsi en constante éruption, s'inscrivant dans une modernité fondatrice assez proche, somme toute, de celle de l'Algérien Kateb Yacine quelques années plus tôt.