En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Juda Halevi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète et philosophe juif d'Espagne (Tolède v. 1075 – ? v. 1141).

Médecin à Cordoue, il partit, à la fin de sa vie, pour la Palestine. Il arriva en septembre 1140 en Égypte et, en mai 1141, il s'embarque à Alexandrie pour la Terre Sainte. On ignore tout de l'issue de ce voyage, ainsi que des circonstances exactes de sa mort. Poète profane, il adopte les thèmes et la métrique de la poésie amoureuse et bachique arabe. On peut déjà discerner dans ses élégies les premiers signes d'une influence chrétienne. Sa poésie religieuse, où les formes strophiques et les allitérations font merveille, exprime sa foi personnelle ainsi que son amour pour son peuple, alors victime des luttes, sur le sol d'Espagne, des armées chrétiennes et musulmanes. Cet amour est exprimé en particulier dans les Chants de Sion, profanes à l'origine. Son traité philosophique Kuzari, rédigé en arabe, s'attache à démontrer, sous forme de questions et de réponses et à travers une analyse de l'histoire d'Israël, la spécificité irréductible du peuple Juif.