En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sœur Juana Inés de La Cruz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse mexicaine (San Miguel Nepantla 1651 – Mexico 1695).

Surnommée par ses contemporains la Dixième Muse du Mexique, elle prit le voile chez les Hiéronymites du couvent de San Jeronimo, où elle resta jusqu'à sa mort, survenue lors d'une épidémie de peste. Elle fit de son cloître le centre de la vie religieuse et sociale du Mexique. Peu de temps avant sa mort, elle vendit les quatre mille volumes de sa bibliothèque – chiffre énorme pour l'époque – au profit des pauvres. La plupart de ses poésies, influencées par Góngora et Calderón, témoignent d'un goût immense du savoir, d'une science précise de la versification mais aussi d'un lyrisme intérieur original. Elle célèbre l'amour dans ses sonnets – et la douleur de l'absence. Premier Songe (1690) est un poème philosophique inclassable. On lui doit des autos sacramentales (le Divin Narcisse) et des comédies de cape et d'épée.