En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Journal d'une éphémère

(Kagero nikki)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Ce chef-d'œuvre du genre japonais kana nikki (notes journalières rédigées en langue vernaculaire) constitue également le premier des ouvrages de ce type. Écrit par la mère du puissant Fujiwara no Michitsuna (955-1020), il couvre une période d'environ vingt ans (954-974), et s'attache en particulier à la description des relations orageuses de l'auteur avec le régent Fujiwara no Kaneie (929-990), dont elle fut l'une des concubines, et le père de Michitsuna. L'œuvre, dont la rédaction semble avoir été achevée vers 980, se présente comme un recueil de Mémoires où l'auteur, dans un style à la fois spontané et minutieux, peint ses sentiments les plus intimes, son attachement douloureux envers son époux et son amour maternel exclusif. Comme la plupart des « journaux en kana » qui suivront son modèle, ce texte mêle aux notations proprement biographiques ou psychologiques des réflexions empreintes de pensée bouddhique et de poésie. Il exerça par la suite une forte influence, notamment sur le Dit du Genji.