En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

livre de Job

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Il a été composé vers le ve s. av. J.-C. Chef-d'œuvre de la littérature sapientielle, le Livre de Job a été élaboré à partir d'un conte populaire qui donne en exemple la patience d'un homme du pays d'Ouç, peut-être en Edom (I, 1). Le livre se présente sous la forme d'un dialogue poétique (III, 1 ; XLII, 6) inclus dans un ensemble rédigé en prose (I, 1 ; XLII, 7 ; XLII, 17). Job est un homme juste que Dieu permet à Satan de tenter. Trois amis s'efforcent de le persuader que sa souffrance est la rétribution pour son péché. Mais Job refuse leurs arguments. Un quatrième interlocuteur prétend trouver une solution dans la vertu éducatrice de la souffrance. Yahvé apparaît alors. Il découvre à Job les merveilles de la création et lui reproche ses plaintes. À la fin du livre, Job retrouve sa félicité première. Tout au long du Livre de Job, qui touche aux questions fondamentales de l'existence, des thèses contradictoires se heurtent : Dieu intervient finalement pour inviter Job à l'humilité devant un mystère qui le dépasse. Depuis les Moralia in Job de Grégoire le Grand, le commentaire de ce livre biblique fut l'une des bases de la culture monastique médiévale.