En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Iwan Simatupang

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain indonésien (Sibolga 1928 – Jakarta 1970).

L'intervention militaire néerlandaise de décembre 1948 interrompit ses études secondaires : il entra dans l'armée de la République d'Indonésie, fut arrêté par les Néerlandais en 1949, puis relâché. Il continua alors ses études, d'abord à Medan, puis à Surabaya à l'École de médecine en 1953. Après son mariage avec une pianiste néerlandaise (1955), il suivit des cours d'anthropologie, de sciences sociales et de théâtre aux Pays-Bas (1956-57), puis des cours de philosophie à Paris (1958). Très affecté par la mort de sa femme (1960), qu'il évoque dans son roman Pèlerinage (1969), il se remarie, divorce, enseigne à Bandung, travaille au Pingkan Film Corporation et au Zebra Film, devient journaliste au Warta Harian. Il est l'auteur d'essais, de poésies, de pièces de théâtre, mais ce sont ses romans qui font de lui le grand novateur de la littérature indonésienne. Leur intrigue, absurde et tragique, est relatée avec humour, le style est volontiers symbolique, le héros anonyme, incomplet, insaisissable, la méditation philosophique toujours présente : on a voulu y voir une parenté avec le Nouveau Roman français (le Rouge du rouge, 1968 ; Sécheresse, 1972 ; Koong, 1975).