En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Inoue Yasushi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain japonais (Hokkaido 1907 – Tokyo 1991).

Fils d'un médecin militaire, il fut élevé dans la région d'Izu, à partir de 6 ans, par une grand-mère adoptive. Il s'intéresse à la poésie, travaille pendant quinze ans comme journaliste au journal Mainichi. Il opte définitivement pour la vie littéraire à 43 ans, lorsqu'il reçoit, en 1950, le prix Akutagawa pour son premier grand roman, Combat de taureaux (1946), histoire d'un journaliste solitaire et nihiliste dans la société chaotique du Japon d'après-guerre. Sa carrière d'écrivain prolifique se poursuit notamment avec le Fusil de chasse (1949), sorte de digression imaginaire sur un poème en prose du même titre composé précédemment, le Faussaire (1951) et Parois de glace (1959). Son intérêt pour le passé, du Japon comme de la Chine, s'exprime dans divers romans historiques : le Château de Yodo, 1955 ; la Tuile de Tempyo, 1958 ; le Loup bleu, 1959, la biographie romancée de Gengis-Khan ; Vent et vagues : le roman de Kubilai-Khan, 1963 ; Voyage au-delà de Samarkande, 1968 ; et son dernier roman Confucius (1989). Il est également auteurs de poèmes en vers libres : Pays du Nord (1958) et de deux romans autobiographiques : Asunaro (1954) et Shirobamba (1960).