En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hésiode

en gr. Hêsiodos

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète grec épique (Ascra, Béotie, viiie-viie s. av. J.-C.).

Sa biographie, reconstruite par des érudits d'époque tardive, qui en font un contemporain et un rival victorieux d'Homère, repose d'abord sur ses œuvres. Paysan pauvre, menant une vie rude, il se serait opposé à son frère Persès pour leur maigre héritage, et les Muses lui auraient inspiré le don de la poésie, alors qu'il faisait paître ses brebis au pied de l'Hélicon. Outre de nombreux fragments (en particulier le Catalogue des femmes ou Éhées), il nous reste de lui trois poèmes en hexamètres dactyliques.

La Théogonie (gr. Theogonia) ou Naissance des dieux, en 1022 vers, après un prologue où Hésiode devient le premier auteur de la littérature occidentale à dire « je », raconte l'accession de Zeus au pouvoir suprême, de la naissance du monde, à partir de Chaos (Abîme), Gaia (Terre), Éros (Amour), et Ouranos (Ciel), et de leurs descendants divins, entités naturelles, notions personnifiées (Thanatos, Mort ; Eris, Querelle...), dieux anthropomorphes (Poséidon, Athéna...), jusqu'à l'union de Zeus avec Métis (Intelligence rusée) et Héra. Hésiode évoque aussi, par exemple, la castration d'Ouranos, la naissance d'Aphrodite, les générations de Titanides, la ruse de Zeus contre son père Cronos, le don du feu aux hommes et la création du sacrifice par Prométhée, la guerre entre les dieux olympiens et les Titans, finalement enfermés dans le Tartare. Ce récit, proche des cosmogonies moyen-orientales, évoque le triomphe d'une justice équitable et harmonieuse sur un ancien monde de violence et d'excès.

Les Travaux et les Jours (gr. Erga kai êmerai) évoquent, en 828 vers, les thèmes de la justice et du travail. Rendant honneur à Zeus, Hésiode distingue d'abord les deux formes d'Éris, l'émulation féconde et l'envie stérile, source d'injustice et de mensonge, dont il accuse son frère. La condition mortelle est expliquée par les deux mythes fondamentaux de Pandora (la femme, fléau envoyé par les dieux olympiens contre Prométhée et Épiméthée) et des cinq races (d'or, d'argent, de bronze, des héros et de fer), dont il résulte que les hommes sont soumis à la dure loi du travail. Ensuite, Hésiode présente un calendrier détaillé des travaux des champs et de la navigation et un catalogue des interdits religieux et des jours fastes et néfastes. Ce poème, au style varié (blâme, mythe, fable, catalogue gnomique), est un éloge de la Dikê (Justice) contre l'Hûbris (Démesure).

Le Bouclier d'Héraclès (gr. Aspis Heracleous), attribué à Hésiode, remonte sans doute au vie s. av. J.-C. et décrit en 480 vers, sur le modèle du bouclier d'Achille dans le chant XVIII de l'Iliade, des scènes de la vie quotidienne ou mythologique gravées sur le bouclier d'Héraclès, qui combat Cycnos, fils d'Arès.

L'influence d'Hésiode sur la poésie élégiaque et iambique postérieure est déterminante, et ses oeuvres sont significatives d'un monde post-homérique où se mettent en place un nouveau système de valeurs, à dominante agraire, l'écriture et les premières bases de la cité classique.