En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Heruy Walda Sellâsê

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain et homme politique éthiopien (Den, province de Marhabete, Choa, 1879 – Bath, Grande-Bretagne, 1938).

Homme de confiance du régent, le ras Tafari (devenu en 1930 l'empereur Hâyla Sellâsê), il exerça dès 1917 d'importantes fonctions administratives, effectua plusieurs voyages et missions à l'étranger et devint en 1931 ministre des Affaires étrangères du nouvel empereur, avec le titre de Blâttêngêtâ. Ce fut le plus actif et le plus prolifique des auteurs de sa génération. De 1918 à 1935, tel un humaniste de la Renaissance européenne, il édita, traduisit, rédigea une trentaine d'ouvrages. Il publia ainsi en 1918 une collection de chants funèbres et, en 1925-1926, un important recueil de genê en guèze et en amharique. Profondément influencé par ses contacts avec les Européens, il s'efforça de montrer comment on peut concilier le respect de la tradition avec l'imitation de l'Occident. Dans ses livres d'histoire (l'Éthiopie et Matamma, 1918 ; Biographies, 1922-1923 ; Vigile, 1928-1929), il s'efforce d'introduire les méthodes de la critique scientifique ; dans ses essais de morale et de religion (Conseils pour les fils, 1918 ; Mon ami, mon cœur, 1922-1923 ; la Lumière de l'aube, 1926-1927), il insère des exemples et des concepts occidentaux dans des compositions typiquement éthiopiennes. Ses récits de voyage (Voyage de S.A. Manan à Jérusalem ; Voyage en Europe du ras Tafari) montrent sa fascination pour le modèle occidental et, plus encore, pour le Japon (Voyage au Japon, 1933), qui a su allier modernisme et tradition. Ses romans (le Mariage de Berhânê, 1930-1931) fustigent les superstitions et l'ignorance qui entravent le progrès. Monde nouveau (1932-1933) est le premier exemple d'un type de récit appelé à un grand succès : le retour au village d'un jeune homme qui a reçu une éducation européenne et sa confrontation avec les tenants du passé qu'il réussit à convaincre, après bien des heurts, de la nécessité d'une évolution.