En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Haddis Alamâyyahu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Homme politique et écrivain éthiopien de langue amharique (province de Godjam 1918 ?).

Il reçut une éducation traditionnelle, avant de poursuivre ses études aux États-Unis. Il appartient ainsi à cette génération d'intellectuels formés à l'occidentale, mais qui a gardé un profond enracinement dans la culture classique et une solide connaissance de la vieille société rurale. Il a exercé d'importantes fonctions gouvernementales (ministre de l'Éducation nationale en 1961, ministre du Plan en 1966) avant d'être confiné en 1969 dans la charge purement honorifique de sénateur ; il a pu ainsi mesurer l'écart entre l'apparence réformatrice et la réalité profondément conservatrice du régime de Hâyla Sellâsê. C'est dans son œuvre littéraire qu'il a fait passer son amertume devant l'injustice et la paralysie de la société. Il a ainsi publié en 1956 un Recueil de fables et, en 1966, un long roman qui connut un prodigieux succès, l'Amour jusqu'au tombeau. C'est une histoire d'amour contrariée tissée de rebondissements mélodramatiques. Mais elle lui permet de brosser un tableau très riche de la société rurale traditionnelle et surtout de dénoncer l'exploitation des paysans par les grands propriétaires, le désarroi des pauvres oscillant entre la résignation et la révolte : les propos les plus virulents sont prêtés à un personnage marginal, Kassa le fou, à qui sa situation permet impunément ces écarts de langage.