En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lea Goldberg

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse israélienne (Königsberg, Prusse-Orientale, 1911 – Jérusalem 1970).

Elle passa son enfance à Kovno. En 1935, elle s'établit en Palestine et publia la même année un premier recueil, Volutes de fumée. Critique littéraire, elle enseigna, à partir de 1952, à l'université hébraïque de Jérusalem, où elle fonda le département de littérature comparée. Dans son œuvre, très personnelle dans ses thèmes, l'influence de Pétrarque voisine avec le romantisme allemand ou l'acméisme russe ; dans ses premiers ouvrages (Un épi vert, 1939 ; De ma vieille demeure, 1944 ; Floraison, 1948 ; Éclair au matin, 1955), elle use d'une versification traditionnelle, tandis que la rime blanche caractérise les derniers (Avec cette nuit, 1964, le Reste de la vie, 1971). On lui doit également des romans (Lettres d'un voyage imaginaire, 1937 ; C'est lui la lumière, 1946), des nouvelles, des pièces de théâtre, des traductions et des livres pour enfants.