En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Édouard Glissant

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Sociologue, philosophe et écrivain martiniquais (Sainte-Marie, Martinique, 1928).

Rédacteur en chef du Courrier de l'UNESCO, professeur d'université aux États-Unis, c'est un théoricien de la culture et de l'écriture : l'Intention poétique (1969), le Discours antillais (1981), Poétique de la relation (1990), Traité du Tout-monde (1997). Depuis Un champ d'îles (1953), les Indes (1956), ses poèmes témoignent de son attachement aux « pays rêvé » et « pays réel » antillais. Ses romans, écrits en une prose française complexe, et sa pièce de théâtre, Monsieur Toussaint (1961), questionnent l'identité martiniquaise en dehors de l'histoire officielle, depuis la traite et l'esclavage jusqu'à la départementalisation coloniale et jusqu'au seuil du Tout-monde (1993) ou « chaos-monde » : la Lézarde (prix Renaudot, 1958), le Quatrième Siècle (1964), Malemort (1975), la Case du Commandeur (1981).

Écrivain maître du sens des paysages, conscience révolutionnaire et indépendantiste, leader intellectuel, E. Glissant est le fondateur du mouvement culturel de l'antillanité qui, ancré sur les îles de la Caraïbe, succède au mouvement de la négritude et précède le mouvement de la créolité.