En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Marie Gleize

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Paris 1946).

Auteur de plusieurs essais critiques (Francis Ponge, 1988 ; le Théâtre du poème, vers Anne-Marie Albiach, 1995), il a fondé la revue Acid.e avec Michel Crozatier, puis la revue Nioques et la collection du même titre aux éditions Al Dante, pour « donner lieux » aux objets verbaux mal identifiés, aux œuvres expérimentales « post-génériques ». Il fait sien le mot attribué à Rimbaud « littéralement et dans tous les sens » aussi bien dans ses écrits accueillant l'expérience autobiographique (Simplification lyrique, 1987 ; Léman, 1990 ; le Principe de nudité intégrale, 1995 ; les Chiens noirs de la prose, 1999 ; Non, 1999) que dans sa production théorique autour de la littéralité (Poésie et Figuration, 1983 ; À noir, poésie et littéralité, 1992 ; Altitude zéro, 1997). Théorie et pratique convergent autour d'une langue sans figures, a-lyrique, au-delà du principe de poésie, vers une « prose en prose » ou de nouvelles formes d'objectivité.