En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Albert Kayenbergh, dit Albert Giraud

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain belge de langue française (Louvain 1860 – Schaerbeek 1929).

Cofondateur de la Jeune Belgique, il fut le champion du renouveau littéraire belge de 1880. Pierrot lunaire (1884), est un recueil de « rondels bergamasques » inspiré par le personnage de la commedia dell'arte. Dans un style proche de celui de Banville, il crée un univers poétique voué à l'illusion, où un Pierrot décadent exprime un spleen très « fin de siècle ». La traduction allemande de l'ouvrage servit de livret (1912) au sommet de l'œuvre atonale du compositeur autrichien A. Schönberg. Les autres recueils obéissent aux rigoureux préceptes du Parnasse, tout en traduisant une sensibilité décadente éprise de visions somptueuses.