En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francis Giauque

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète suisse d'expression française (Prêle 1934 – Neuchâtel 1965).

Victime d'une angoisse insurmontable paralysant toutes ses activités, souvent interné, l'ami de Georges Haldas et de Hughes Richard fut un écorché vif qui se sentait proche de Nerval, de Crevel, d'Artaud. Passant le plus clair de son temps dans une chambre aux volets clos, enragé contre son sort qui ne lui permettait pas de vivre comme les autres ni, surtout, d'écrire l'œuvre qu'il portait en lui, il a laissé des poésies et des proses réunies en plaquettes (Parler seul, 1959, l'Ombre et la nuit, 1962, Terre de dénuement, 1968 et 1980, Journal d'enfer et autres poèmes inédits, 1984) qui disent sa souffrance avec une grande authenticité : « sentir passer chaque heure / comme un supplicié sent passer / le fouet dans sa chair » (Terre de dénuement).